Avril 2019 : Visite chez Patrice Peiffer, passionné des plantes aromatiques, à Ansart

                                    

Bonjour à tous,

En ce joli mois d’avril, je vous invite à découvrir une petite exploitation agricole à taille humaine, située à Ansart , petit village au coeur de la Gaume dans le sud de la Belgique.

Passionné par la nature et amoureux du travail de la terre, Patrice Peiffer assure la culture de toutes les plantes, du semis jusqu’à la récolte. Il gère également le travail délicat du séchage et de la  distillation de ses plantes aromatiques.

Nous sommes allés sur place avec les étudiants de deuxième année de formation en aromathérapie : Séduits et convaincus par le professionnalisme de Patrice au sein de son entreprise « Un brin de campagne »

 

 

Mais en fait,  c’est quoi la distillation ?

Il s’agit d’un procédé d’extraction des plantes aromatiques  par entrainement à la vapeur d’eau.

Cette méthode connue depuis la plus haute Antiquité, nous a été transmise par le monde Arabe au IV siècle. (Avicenne).

Bien que rien n’ait changé d’un point de vue technique, la méthode a été perfectionnée par les Grassois.

La distillation directe  (absence d’eau), nécessite une température bien trop élevée, les substances  qui en seraient extraites seraient pyrogénées.

La majorité des huiles essentielles sont obtenues par distillation à la vapeur d’eau. C’est le procédé  le plus répandu encore à l’heure actuelle.

Ce procédé consiste  à faire traverser par de la vapeur d’eau une cuve remplie de plantes aromatiques.

En chauffant doucement et lentement le végétal, ses constituants vont pouvoir se séparer successivement (COUPE DE DISTILLATION) en étant soumis  à une température inférieure à 100°.

On  porte l’eau à ébullition afin de recueillir  d’une part une fraction légère  (DISTILLAT) et d’autre part une fraction lourde (RESIDU).

La capacité d’évaporation de certaines molécules en fonction de leur différence de volatilité est propre, spécifique et constante pour chacune au POINT D’EBULLITION. Les molécules les plus volatiles ont une température d’ébullition plus basse que les résidus. Ainsi on parle de distillation par « entrainement à la vapeur d’eau ».

Dans la cuve  en inox (métal neutre), la matière végétale ne sera pas trop tassée de manière à bien laisser la vapeur d’eau épouser toutes les surfaces exposées de la plante. Au plus celle-ci respire, au mieux on peut répartir la vapeur d’eau. Cependant, il faut savoir que tout l’art de la distillation réside dans un savoir-faire fin et délicat. Chaque plante ou partie de plante suggère un tassement qui lui est propre, il en va ainsi également pour la durée du procédé qui diffère de la sorte.

A la sortie de la cuve et sous pression contrôlée, la vapeur d’eau enrichie d’huile essentielle traverse un serpentin où elle se condense (distillat). La partie restante  est nommée (résidu).

La vapeur d’eau est alors ramenée à l’état liquide par réfrigération.

Le mélange d’eau et d’HE est recueilli enfin dans l’essencier ou «vase florentin » où il décante. La différence de densité entre les deux liquides permet une séparation aisée. L’huile essentielle plus légère, surnage au-dessus de l’hydrolat aromatique.

 

A la boutique de la ferme,  Anne-Laure, la belle fille de Patrice, vous accueille et vous conseille sur ces merveilleux hydrolats issus de la distillation, ainsi que sur les nombreuses tisanes et autres produits artisanaux réalisés par leurs soins.

                    

Comment et pourquoi utiliser un hydrolat ?

Du même moule que la plante aromatique distillée, l’hydrolat est imprégné des mêmes molécules que celle-ci, et présente donc des effets thérapeutiques similaires.

Similaires, mais pas identiques !

Cependant, si les hydrolats contiennent les mêmes principes actifs que la plante extraite, la concentration est nettement inférieure  que dans son huile essentielle.

L’hydrolat offre tout l’avantage de l’innocuité, ajouté à son hydrosolubilité.

Comme pour l’homéopathie, une forte dilution peut signifier une très bonne efficacité !

  • Voie interne :

Cure de 21 jours : 1 c à soupe d’HA dans 1 bouteille de 1L d’eau,  à boire tout au long de la journée.

Ou : 1 c à café dans une tisane, 2X / jour.

Aux changements de saisons, pour renforcer le système immunitaire, contre les infections gynécologiques,  durant les cures de détoxication…  .

Ou encore dans la cuisine : plats, potages, desserts. 1 c à soupe suffit pou apporter tous les bienfaits.

Voie externe : 

Les HA sont des produits phares en tant que tonique cutané.Vous connaissez certainement l’hydrolat de rose, le plus puissant tonique et raffermissant cutané !

En lotion, en démaquillant,  ou dans les soins cosmétiques.

Etant particulièrement doux, ils sont vivement recommandés dans tous les problèmes de peau, tels que : Eczéma, psoriasis, brûlure, blessure … .Notons ici l’hydrolat de camomille, de géranium, ou encore de ciste ladanifère, sans oublier celui de lavande, l’incontournable !

En gargarisme ou bain de bouche, pour tous les problèmes buccaux. (hydrolat de Mélaleuca)

En inhalation : 2 c à soupe d’HA dans le bol inhalateur.(hydrolat de pin maritime).

En vaporisateur : soins capillaires (poux, pellicules…).( hydrolat de lavandin, romarin CT verbénone).

Les HA présentent un terrain d’action remarquable également en pédiatrie, durant la grossesse, ainsi que chez la personne âgée.

 

N’hésitez pas à vous rendre à Ansart, vous trouverez un accueil chaleureux et des conseils judicieux  !

Adresse e-mail du site :

 

 

Pensée du mois :

« Toute intention porte une énergie, fais en sorte que cette énergie vienne toujours du cœur » Min Yi Wu

 

Je vous souhaite un merveilleux mois d’avril !

A très bientôt,

Merci,

Marie-Line